La passion du bois !

Michel_ROBILLARD_et_la_passion_du_bois_crCent cinquante pièces pour fabriquer le Volkswagen Cos 1949. Et près de cinq cents pièces pour la
dernière née, la Bugatti Royale… toutes confectionnées en bois fruitiers.
L’artiste s’inspire des voitures mythiques.
DÉCOUPER,galber, courber, tourner, coller, assembler. poncer et vernir (six couches)… Pres de cinq cents heures de travail sont nécessaires pour confectionner un modèle comme la 4 Cv Renault, la Traction 11 BL ou la calèche Bianchi, époustouflantes de ressemblance et de précision dans élaboration des accessoires. L’artiste a le tour de main.
L’ancien menuisier de Sennevières, Michel Robillard, longiligne, la cinquantaine naissante, le cheveu légèrement en bataille et la moustache bien marques, a la silhouette de l’artiste qui ne se préoccupe guère de son « lui », mais préfère plutôt s’immiscer dans son atelier pour respirer les odeurs du pommier. du poirier ou du merisier.
Car les bois fruitiers, il les connaît. Bien sûr, il a fait son apprentissage de menuisier en bâtiment. puis a travaille chez un décorateur pour stands de présentation des voitures neuves. ou bien encore il a été propriétaire d’une scierie. Bref, les planches. la sciure, les copeaux, il connaît, puisqu’il a
toujours baigne dedans- Mais de la a confectionner des objets d’art…
Pour arriver a maîtriser les petits morceaux de bois – pièces uniques qui servent a la fabrication des voitures. Tels le volant, le frein a main, les banquettes imitant parfaitement les tissus. les rétroviseurs ou encore les poignées de portes. Michel possède un don dans les mains. C’est indéniable.
Des doigts de fée en quelque sorte. Car pour reproduire a l’échelle 1/10e les roues a rayons de la Bugatti Royale, il a dû acquérir une sacrée adresse : « J’ai trouve des astuces pour arriver a les reproduire a la perfection, et les outils que j’emploie sont de ma fabrication, car n’ayant pas
beaucoup d’argent, j’ai dû me débrouiller », indique Michel Robillard.

Pièces uniques pas a vendre

L’artiste ne travaille ses maquettes que depuis cinq ans. Il v avait bien pense auparavant. mais il attendait Page de la retraite. Puis un jour. il a décidé de s’y mettre. car il en avait marre de fabriquer des meubles pour lui et sa famille. Et depuis, il est devenu un vrai perfectionniste jusque dans le
moindre détail : «  Pour refaire a l’identique ces véhicules, j’achète souvent un modèle réduit à l’échelle 1/43e, trouvé dans les brocantes, que je cote pour taire mes plans au 1/10e.
Par exemple, ce qui m*a donne le plus de mai sur le modèle Bugatti, c’est le bouchon du radiateur de cette voiture, qui est un petit éléphant… En tait c’est le fils d’Ettore Bugatti, Sculpteur animalier, qui avait confectionne ce bouchon pour son père. J’ai réussi à le réaliser avec beaucoup de difficultés…

En principe, 5% des pièces sont faites deux fois, précise Michel.

Quant a Chantal, sa femme, elle ne travaille pas le bois. mais elle donne toujours son avis, «  surtout pour les équilibres entre les ailes par exemple ou les arrondis » a-t-elle indique. Aucun des neuf
modèles fabriques ne sera vendu : -~ Ce sont des pièces uniques que j’expose de temps en temps dans les grands salons de maquettistes (ne pas confondre avec modélisme). Ou bien dans la région, a l’occasion de fêtes des artisans. Elles sont toutes assurées, mais ne sortiront jamais de chez moi,
sauf pour être données a un musée de l’automobile. Par exemple ››, a indiqué Michel Robillard.

Mais au fait. pourquoi fabrique-t-il uniquement des voitures ?
« La réponse est simple : nous sommes très peu a avoir choisi l’automobile mythique, tout l’intérêt est là. »

Jacki BERTHIAS.

Les commentaires sont fermés